Home

Le matériau textile est intrinsèquement organique, les similitudes avec le corps physique sont criantes.

Tissus musculaires ou nerveux, sutures, liens, maillages et réseaux sanguins..

Sans doute travailler sur un corps en sculpture textile ou en chirurgie revêtent de nombreux points communs.

Le geste de coudre, immémorial, me relie et me place dans la continuité humaine, ascendance-descendance. Je le ressens lorsque je travaille, ce geste n’est pas uniquement le mien propre, il est porté par des siècles de pratique, essentiellement féminine. Chargé de symboles, aussi, à travers la mythologie, les contes, les légendes et les croyances populaires.

Ce geste est méditatif, c’est long, lent, minutieux. Propre à trouver le silence, à plonger en soi et au-delà.

C’est un geste à la fois simple et métaphysique ; dans mon interrogation sur le féminin profond, je le définirais aujourd’hui comme se situer dans une zone de non-frontière entre le tangible et l’invisible.

Il porte aussi une dimension philosophique, voire presque politique : un point de couture, un fil c’est presque rien, c’est ténu et fragile et c’est bien cela qui nous constitue. Manière d’agir dans la délicatesse, dans la durée, la persévérance et la poésie.

J’aime assembler des matières par couture car elles restent vivantes, libres ; ce lien pourrait aussi bien être rompu, ce n’est pas irréversible. Par amour des matières cousues et du fil lui-même en tant qu’élément plastique.

Les dimensions du geste de coudre et de l’usage du tissu sont aussi explorées dans une performance intitulée Millimètre, créée en 2017 avec la plasticienne et comédienne Emmanuelle Bacou et le musicien Arnaud Boisset. A partir d’un drap blanc, je couds un vêtement à même le corps du modèle, cherchant l’exactitude de l’enveloppe du corps, ajustant l’étoffe millimètre par millimètre jusqu’à la limite, jusqu’à ce qu’il devienne peau.

Dans mes expériences de co-création avec la Compagnie l’Argile et la compagnie Isabelle Mazuel, ces questionnements se poursuivent en prise directe avec les corps, le mouvement, le travail scénique, à travers la création de marionnettes, costumes, sculptures-vêtements, scénographie.